Le conflit du SIOM

Bulletin municipale février 2019

Au terme d’une procédure d’appel d’offres lancée par le SIOM, le marché de collecte des déchets ménagers a été attribué à l’unanimité par le comité syndical à la Société SEPUR le 27 mars 2018, avec la participation des représentants d’Orsay. Ce contrat, débuté 1er novembre 2018 pour 8 ans, concerne 17 communes et 174.569 habitants.

Depuis cette date, 84 employés, auparavant salariés d’OTUS (entreprise sortante) sont en conflit avec SEPUR sur leurs conditions de transfert, avec les conséquences néfastes sur le ramassage que nous avons tous constatées.

Une position fluctuante

Dans le conflit du SIOM, D.ROS ne s’est pas illustré par la recherche d’une solution raisonnable, ni par la cohérence de ses propos.

Le 13 novembre dernier, il co-signe une lettre ouverte des maires du SIOM appelant « à la reprise immédiate du dialogue entre les représentants des instances syndicales CGT et la direction de la SEPUR, pour sortir le plus rapidement possible de cette grève. »

Le 18 décembre 2018, en opposition avec cette lettre ouverte, il fait voter à son Conseil Municipal une motion de soutien unilatéral aux employés ex-OTUS en conflit avec SEPUR, dans laquelle il dénonce « l’insuffisance d’écoute de la société SEPUR« , demande que « le SIOM instruise … des pénalités à l’encontre de SEPUR », et que « le SIOM étudie immédiatement la résiliation du contrat avec SEPUR ».

La lettre des maires en décembre

Le 20 décembre, nouveau revirement de D.ROS qui re-co-signe un document avec les maires du SIOM, dans lequel il déclare avoir « obtenu l’engagement de SEPUR de donner suite à plusieurs revendications : maintien des salaires… des 84 emplois… de l’affectation sur le site… », que « conformément au cahier des charges [la SEPUR] a missionné de nouveaux équipages… [qui] ont maintenu le service… », et qu’il est « totalement mobilisé pour contribuer à la poursuite du dialogue entre les deux parties« .

Le maire d’Orsay fait bande à part

Contrairement aux autres communes impactées, celle d’Orsay n’a pas jugé utile de diffuser cette lettre.

Comprenne qui pourra ! Il est vrai que le maire d’Orsay doit gérer des alliances politiques et électoralistes à géométrie variable !

Sortir du conflit par le haut

Quant à nous, opposition municipale, sensibles à la situation difficile que traversent les 84 employés ex-OTUS et respectueux des 200.000 usagers impactés, otages d’un conflit désastreux qui les dépasse, nous refusons d’instrumentaliser cette crise. Nous n’avons pas voté la motion partisane de M.ROS et nous soutenons le SIOM dans la recherche d’une issue négociée qui respecte les intérêts de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *