Paris-Saclay : où va-t-on ?

Un urbanisme délirant

En effet, Orcéens et habitants de la CPS sont appelés à souffrir longtemps du gigantisme d’un urbanisme kafkaien sur le plateau de Saclay. Mais la contrepartie de voir notre pays en profiter pour arrêter son décrochage dans les industries du futur semble à ce jour dramatiquement repoussée aux calendes grecques.

Le projet original

Lancé par le président Sarkozy dès 2010, le projet Paris-Saclay visait à créer un cluster de recherche leader mondial, à l’image des expériences réussies notamment en Allemagne. Il s’agissait de booster la coopération entre les acteurs publics et privés pour transformer plus rapidement les résultats de la recherche avancée en « Cutting Edge Technologies » donnant à nos entreprises une meilleure compétitivité mondiale et permettant de créer de nombreuses start-ups appelées à devenir leaders mondiaux. Objectif exaltant, que la France a d’ailleurs su réussir il n’y pas si longtemps, par exemple à Grenoble dans le domaine des composants électroniques ou à Toulouse dans celui de l’aéronautique.

Quel résultat aujourd’hui après 10 ans de gestation ?

La classe politique a tenu à accoler l’objectif d’une ville nouvelle sur le plateau, sans grand lien avec l’objectif initial. Elle s’est lancée dans une frénésie de constructions, qui pose aux habitants des communes environnantes des problèmes liés à l’embolie des infrastructures existantes. Concernant la seule zone de Corbeville à Orsay, l’Etat veut construire 4 000 logements, ce qui ferait passer d’un seul coup la population d’Orsay de 17 000 à environ 27 000 habitants, qui ne seront majoritairement pas des acteurs du cluster ! Pour le projet scientifique et technologique, justification de tout ce chambardement, nos dirigeants se sont contentés de regrouper, en les délocalisant, des structures et notamment des Ecoles. Des dimensions correspondant aux critères mondiaux ont ainsi pu être atteintes, mais avec peu de création nette, ni d’innovation pédagogique forte, à quelques exceptions près. A l’heure de l’Internet et de la réalité virtuelle, la concentration physique et le déchainement bétonnier étaient-ils indispensables à la mise en synergie de ces structures d’enseignement et de recherche ? Beaucoup en doutent !


Quelles avancées réelles attendre sur le plan technologique ?

On serait bien en peine d’en montrer des significatives. Les start-ups technologiques s’installent en définitive à Paris. D’ailleurs nos dirigeants se préoccupent seulement aujourd’hui de réaliser une pépinière d’entreprises. En matière de projet on aurait pu penser à un grand dessein concernant des enjeux stratégiques, par exemple en Intelligence Artificielle ou en maîtrise des données volumineuses (Big Data). Mais non, consultez les sites du cluster, vous n’y trouverez que la juxtaposition des thématiques préexistantes des divers acteurs du cluster.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *